Système d’éducation à trois vitesses

Voici quelques raisons qui me font réagir depuis quelques années lorsque je constate que notre système d’éducation encourage les inégalités sociales. Réagir est un faible mot c’est plutôt BRRR!!!

Notez bien que je suis en faveur des bonnes écoles, des écoles qui offrent aux élèves des programmes particuliers stimulants. Mais, pas en sélectionnant sur la base du rendement scolaire et/ou des capacités de payer des parents.

Qu’est-ce qu’un système d’éducation à trois vitesses?

  1. Vitesse Grand V. L’école privée qui recrute d’excellents enseignants et qui d’une façon générale sélectionne ses élèves sur la base des résultats scolaire.

    • Seuls les parents en moyens financiers peuvent permettre à leurs enfants d’y accéder.

    • Ces établissements privés font peu de place aux élèves en besoins particuliers (qui sont en difficulté).

    • Le gouvernement subventionne en partie ces établissements. Ce sont nos impôts.

  2. Vitesse moyenne. L’école publique qui offre des programmes particuliers aux élèves (sport étude, sciences, arts, École internationale).

    • Seuls les parents en moyens financiers peuvent permettre à leurs enfants d’y accéder. Parfois ces parents s’endettent.

    • Ces écoles publiques sélectionnent les élèves non seulement sur le talent, mais aussi sur le rendement scolaire.

  3. Pas de vitesse du tout. L’école publique ordinaire, ou les classes ordinaires sont formées en partie importante d’élèves en difficulté.

    • Les élèves modèles, ceux et celles qui sont motivés et réussissent bien sont soit au privé, soit dans des établissements avec programmes particuliers.

    • Les élèves qui ont du talent en sport, en sciences, en arts, sont privés de les développer.

Pourquoi je réagis si fort?

  • Je viens d’un milieu pauvre, sur l’aide sociale et sur la liste des paniers de Noël.

  • J’aurais aimé faire mon cours classique, j’avais l’intérêt et le talent pour le faire.

  • Ce programme était réservé au collège privé, à ceux qui avaient les moyens financiers et à ceux qui voulaient devenir religieux (les deux pouvoirs : l’argent et la religion).

  • J’étais conscient de l’écart incroyable entre les riches et les pauvres – l’iniquité.

  • J’ai dû « bûcher » toute ma vie pour surmonter ces obstacles afin de faire des études universitaires. Ce n’était pas nécessaire.

  • Je n’accepte absolument pas cet écart entre les riches et les pauvres; le manque de partage de la richesse et l’abandon des élèves en besoins particuliers.

Quelles sont les conséquences de ce système

  1. Notre système d’éducation est parmi les plus inéquitables des systèmes. Il est excellent pour ceux qui réussissent bien – souvent issu d’écoles privées selon les palmarès des écoles.

  2. Une partie de nos impôts soutient ce système inéquitable.

  3. De nombreux talents, de nombreux rêves chez les jeunes et leurs parents ne voient pas le jour à cause de ce système qui s’appuie sur la sélection et l’argent.

  4. Le système contribue à maintenir de génération en génération les écarts riche-pauvre.

  5. Les établissements scolaires publics reçoivent moins d’investissement pour les élèves en besoins particuliers.

Solutions

  1. Développer un système unique, un système public.

  2. Ne plus subventionner les écoles privées, les intégrer dans le système public.

  3. Étendre les programmes particuliers à toutes les écoles – primaires et secondaires.

  4. Ne pas sélectionner les élèves sur la base du rendement scolaire et encourager davantage les élèves en difficulté à participer à un programme particulier lié à leurs talents.

Autres articles sur le sujet

https://pierrepotvin.com/wp/index.php/2018/04/01/lecole-privee-et-lecole-publique-un-probleme-de-societe/ 

https://pierrepotvin.com/wp/index.php/2016/12/02/consequences-de-la-concurrence-entre-les-ecoles-et-des-programmes-particuliers/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *