Le passé oriente notre futur, mais l’on peut modifier le parcours

Dans le cadre de nos échanges dans le Groupe de codéveloppement, j’ai reçu un courriel avec une liste de phrases favorisant la réflexion. L’une de ces phrases disait:  

Pourquoi est-ce que le pare-brise d’une voiture est-il si large et les rétroviseurs sont si petits? parce que notre passé n’est pas aussi important que notre futur!  Alors, regarde vers l’avant et avance!

Voici ma réflexion sur cette phrase avec laquelle je ne suis pas en accord. Elle rejoint aussi un point de vue que j’ai déjà entendu avec laquelle je suis  aussi en désaccord. Du genre: L’analyse paralyse. Voici la phrase:

Pour moi, « Le passé n’est pas aussi important que notre futur »  Au contraire, le passé est le socle d’orientation du futur. Tous nos circuits neuronaux sont construits à partir de notre bagage génétique et de l’action épigénétique venant de nos apprentissages, de notre environnement, de nos expériences, etc. Pour bien regarder vers l’avant, il faut être capable de comprendre, analyser ce passé afin de se libérer de certaines contraintes inscrites dans notre réseau neuronal.  Pour bien orienter le futur, il faut bien comprendre le passé.

Une analogie.   Lorsqu’on veut améliorer un programme d’intervention (peu importe lequel), il faut au départ bien comprendre le programme (comme bien se connaître), l’analyser dans ses détails et regarder ses forces et ses inefficacités. C’est en regardant ce qu’il a été et en améliorant ses failles qu’on pourra en faire un bon programme dans le futur.

Conclusion. Si personnellement je n’aurais pas regardé dans mon rétroviseur pour comprendre mon passé – ma façon de fonctionner, par les psychothérapies, par les échanges avec mon épouse, par l’analyse de mes journaux personnels, j’aurais possiblement beaucoup de difficulté à m’épanouir aujourd’hui et dans le futur et à ne pas répéter des conditionnements inscrits dans mon réseau neuronal.

***

Une autre façon de voir l’application de cette phrase – Réflexion d’une participante du Groupe de codéveloppement:

Peut être que cette réflexion s’adresse à ceux et celles qui cherchent toujours à vivre dans leur passé, à retrouver ce qu’ils avaient hier et s’empêchent d’apprécier aujourd’hui pour réussir à avancer sereinement vers demain ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *