Hommage à Romain Rousseau professeur chercheur en éducation

Romain Rousseau. Décédé le 9 juillet 2018 à l’âge de 78 ans.


Hommage à Romain Rousseau 1939-2018

Romain est décédé le lundi 9 juillet 2018 à l’âge de 78 ans et six mois. La cérémonie religieuse des funérailles à eu lieu le samedi 21 juillet à l’église de Trois-Pistole. Une grande cérémonie à eu lieu avec des témoignages de son frère, de ses enfants (Pierre et Nadia) d’une représentante de la chorale de l’église où Romain était chef de choral.  Plus de 300 à 400 personnes ont assisté à la cérémonie.

***

Août 1982, il y a 36 ans,  je quitte Montréal, l’École de psychoéducation de l’université de Montréal comme professeur et je suis engagé au département des sciences de l’éducation de l’UQAR. C’est mon premier contact avec Romain qui était alors le directeur du département et m’avait invité à déjeuner au Restaurant chez Marie-Antoinette de Rimouski.

Durant plus de 10 ans nous avons collaboré ensemble à réaliser des recherches en éducation. Romain avait créé, entre autres, le Laboratoire d’Étude et d’Action pour le Développement de la Recherche en Éducation (LÉADRE) de l’UQAR. Les membres fondateurs étaient :Romain R. Simon Papillon, Yolande Tremblay et Pierre Potvin.

Durant la période active de recherche au LÉADRE les collaborateurs et collaboratrices proches de Romain étaient: Yolande Tremblay (décédée), Simon Papillon et Renée Pinard en lien avec sa thèse de doctorat dirigée par Romain.

Voici un exemple des productions scientifiques réalisées ensemble de 1982 à 1992 :

  • 10 articles scientifiques, dont deux plus célèbres.

    • Potvin, P., & Rousseau, R. (1993). Attitudes des enseignants envers les élèves en difficulté scolaire. Revue canadienne d’éducation, 18(2), 132-149.Prix Louis-Philippe Audet / Michel Allard, de l’Association canadienne des chercheurs en éducation (ACCE). Prix du meilleur article en français pour l’année 1993 pour Revue canadienne d’éducation. Article très cité.

    • Pinard, R., Potvin, P., & Rousseau, R. (2004). Le choix d’une approche méthodologique mixte de recherche en éducation [version électronique]. Recherches qualitatives24, 58-81. Article très cité issu de la thèse de doctorat de Renée Pinard 

  • 8 conférences communes. Dans ces conférences Simon Papillon est souvent co-auteur et parfois Yolande Tremblay.

  • 5 rapports de recherche.

Romain était un grand pédagogue (Prix du meilleur professeur Université du Québec) et un grand chercheur en éducation. Il a formé beaucoup d’enseignantes et d’enseignants et des chercheurs.

Romain fut pour moi un ami avec des qualités humaines de grande beauté.  Voici quelques souvenirs :

  • Lorsqu’on travaillait en recherche avec Simon Papillon, Yolande Tremblay, il y avait une place importante pour l’humour et Romain riait de bon cœur. Chacun racontait son histoire drôle. Simon P. était expert en la matière.

  • Lorsque Romain venait à Trois-Rivières pour une visite à sa fille Nadia, nous nous retrouvions avec d’autres collègues que Romain aimait bien – Chez St-Hubert BBQ.

  • Je retiens de Romain, son grand sourire, sa joie de vivre, son dévouement (aider les étudiants de doc. en statistiques), son engagement, sa foi – discrète.

Lors de mon appel téléphonique du lundi 2 juillet (une semaine avant son décès), les derniers mots de Romain lorsque je lui ai demandé : qu’est que je pourrais te souhaiter Romain? Sa réponse : Que notre amitié continue à grandir.

En plus d’être un excellent professeur universitaire et chercheur en éducation, Romain était musicien – compositeur de musique sacré, très habile en bricolage, adorait la nature, la joie de vivre et était auteur de livre de poésie : Lettres sur l’usage de la vie – Poésie. Romain Rousseau Éditeur. 2014. Regards sur le fleuve en soi – 2018

Tout au long des années, j’ai maintenu avec Romain un contact. Je suis triste de perdre ce lien d’amitié. J’espère que Romain m’entend et surtout qu’il est bien.

 

L’avis de décès de Romain Rousseau
https://www.domainefuneraire.com/avis-de-deces/Romain-ROUSSEAU-237166


***

Voici le texte poétique en hommage à Romain de la part de Raynald Horth et de sa conjointe Thérèse. Raynald a été professeur chercheur au département des sciences de l,éducation de l’UQAR. Collègue et ami de Romain.

CHER ROMAIN

Ton idéal ontologique,
ta profonde axiologie,
ton épistémologie originale
et ta praxéologie réflexive
ont fait de Toi un
professeur et un chercheur exceptionnels.

 

Toi et Micheline, vous avez tissé
vos enfants dans des morceaux de ciel.
Vous avez appris à vos enfants
et à vos petits-enfants la poésie du merveilleux.

Romain, tu es un contemplatif, tu as une profonde intériorité. Tu aimes te retrouver dans les beautés de la musique et rédiger tes recueils de poésie.

Tu as en Toi ce qu’il y a de plus beau chez l’être humain : la bonté et la générosité.

Ta  bonté et ta générosité sont éternelles puisqu’elles sont portées par tes enfants et tes petits-enfants…

AU REVOIR
Raynald et Thérèse

Toile de Renald Horth (juillet 2018) Quintessence

Ma peinture représente l’âme de Romain lorsqu’elle s’est envolée
pour le Grand Voyage.

***

***

Voici le texte en hommage à Romain de la part de Renée Pinard. Renée a été dirigée dans ses études doctorales en éducation par Romain et codirigé par moi.

Renée Pinard Saint-Fabien sur mer

Saint-Fabien sur Mer, le 26 juillet 2018

Mon conjoint et moi offrons nos sympathies à tous ceux et celles qui souffrent du départ de Romain. 
A lui, j’adresse ces mots :

Cher Romain

Lorsque j’ai été informée de ta santé déclinante, d’abord la tristesse m’a envahie puis, j’ai pensé : s’il y a un être humain prêt à l’inéluctable, ce doit bien être toi, homme de foi et d’amour! Mais pas sans te battre d’abord, ce que tu as fait. Et l’inéluctable est arrivé. Est-ce que tu voyais la mort comme un dernier accomplissement ici sur la terre? Comme tu le dis : Tu as d’abord regardé cette rumeur avec appréhension et après l’avoir sondée avec ta foi et ta raison, tu as dû l’accueillir avec confiance.

Nous t’avons accompagné à l’Église de Trois-Pistoles où tant de gens de toutes origines s’étaient rassemblés. Cette église est à ton image, plus grande que nature dans sa magnificence et la musique et la voix qui se sont fait entendre étaient étonnantes de beauté. J’ai compris par là qu’on voulait te remercier de tout ce temps consacré à plusieurs causes et qu’on t’avait réservé le plus beau.

Je t’ai exprimé de nombreuses fois ma reconnaissance pour la qualité de l’accompagnement dont j’ai été le sujet lors de mes études doctorales. J’étais alors une praticienne en réflexion sur son travail professionnel qui voulait explorer de nouvelles façons d’agir. Je souhaite clamer encore haut et fort à quel point je fus privilégiée de t’avoir comme directeur de thèse et Pierre Potvin, comme codirecteur. Vous m’avez offert un accompagnement hors du commun fait de respect, d’écoute, de rigueur, de soutien, de confiance en mon projet d’action. Vous vous êtes retrouvés hors de vos zones habituelles de recherche, m’aviez-vous dits, mais prêts à m’accompagner sur cette voie, tout en balisant mon parcours de rigueur. Vous avez contribué grandement à transformer un projet d’action-recherche professionnelle en une œuvre dont je suis fière encore aujourd’hui.

Après coup, j’ai compris qu’il n’était pas donné à tous les étudiants de vivre un accompagnement fait de passion et de raison, d’humanité et de rigueur. Il y a bien des étudiants malheureux ou, à tout le moins, insatisfaits au pays des études avancées en ce qui a trait à l’accompagnement qu’ils reçoivent.

Il y a si peu de grèves entre St-Fabien et Trois-Pistoles et pourtant je n’ai pas osé les marcher jusqu’à toi, n’osant interrompre le fil de ta vie déclinante, sachant combien ce fil portait encore d’amour, de projets, d’engagements et d’accomplissements, mais aussi d’énergie vacillante, de douleur et de recueillement.. Je t’ai alors souhaité plein de lumière courageuse et sereine pour affronter la suite de tes jours et de tes nuits. Le fleuve qui t’apportait tant d’apaisement et la salicorne qui pointait le bout de son nez ont dû te témoigner réconfort et espoir tant que ce fut possible, en plus de la famille et des amis qui t’ont entouré de leur bienveillante présence. L’heure de l’ultime vague, comme tu en parles dans « Tes lettres sur l’usage de la vie », a sonné. J’espère que la musique et l’écriture ont été tes alliées tant que ce fut possible et qu’elles t’accompagneront dans cet autre ailleurs dans lequel tu as mis ta foi.

Ma reconnaissance éternelle, Romain, pour la qualité de la présence reçue lors de mes études doctorales.

On rêve souvent d’un mentor à certaines étapes de notre vie. Tu as été le mien.

Renée Pinard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *