(critique) Lab-école: l’école de demain

Le Lab-école: l’école de demain, du futur

Au Québec, le ministre Proulx endosse l’initiative du projet Lab-école de trois personnages publics que sont Pierre Thibault (architecture), Ricardo Larrivée (alimentation) et Pierre Lavoie (saines habitudes de vie – activité physique).

L’idée est de repenser l’école de demain, l’école du futur en se préoccupant de son aménagement, de ses espaces (architecture), de son alimentation (cafétéria et saine alimentation) ainsi que des activités physiques.

Personne n’est contre la vertu et il est intéressant de se préoccuper de l’école du futur. Sauf que ce qui m’agace dans ce projet c’est de se préoccuper avant tout, non pas du contenu de l’expérience scolaire des apprentissages, mais de ce qui l’habille (son environnement).  Je sens quelque chose d’artificiel dans ce projet.

On se serait attendu plutôt à un projet qui se préoccupe du renouvellement de la pédagogie, de nouvelles façons modernes de favoriser les apprentissages des élèves, de l’intégration des technologies, du rôle futur de la robotique et de l’intelligence artificielle dans nos écoles.

J’éprouve un malaise de critiquer un tel projet qui en soit peut avoir du sens (aménagement écologique, saines habitudes de vie, etc.), mais qui ne tient pas la route au niveau des besoins profonds en éducation actuellement. Les énergies doivent être misent sur comment rendre notre système d’éducation plus équitable, plus juste (le problème du public et du privé), comment être plus efficace avec les élèves à risque et les élèves  EHDAA, comment renouveler la pédagogie et l’intégration des technologies numériques, comment valoriser la profession enseignante.

Il est possible aussi que mon malaise vienne du fait d’utiliser des « vedettes »  du petit écran comme Pierre Lavoie et Ricardo Larrivée pour mousser l’intérêt qu’on doit accorder à l’éducation. Pourquoi prendre autant de place « publique » sur ce thème qui en fait concerne un complément à l’école et non son fondement. 

Prenons l’exemple de l’aménagement d’une école. Cet aménagement (l’espace, le matériel, etc.) doit être en lien direct avec les approches pédagogiques modernes, les technologies utilisées et non l’inverse. 

Ce que j’aimerais transmettre comme message: oui occupez-vous d’un environnement sain (aménagement, alimentation, activité physique), mais ne faites pas ombrage à ce qui est l’essentiel de ce qui concerne « l’école’:  les expériences d’apprentissage, le bien être dans les rapports interpersonnels, la bienveillance, la valorisation de la profession enseignante et les autres déjà cités plus haut.

De plus, je ne suis pas d’accord que le Gouvernement du Québec  investisse 1. 5 millions $ dans un tel projet. Il y a trop d’autres besoins urgents en éducation pour investir dans un tel projet. Les trois personnes qui en font la promotion ont les moyens et la réputation de pouvoir ramasser des fonds pour cette initiative.

 

Articles intéressants sur le sujet:

http://quebec.huffingtonpost.ca/2017/11/08/lab-ecole-des-bonnes-intentions-mais-de-la-naivete_a_23270101/

Note: le premier article

https://www.lesoleil.com/opinions/point-de-vue/le-projet-lab-ecole-un-trompe-loeil-pour-la-galerie-fa45b824153488e8366ccdd31e6e9ef3?utm_campaign=lesoleil&utm_medium=article_share&utm_source=facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *