Le voile et la loi 62: débat

OPINION : COURS D’ÉTHIQUE ET CULTURE RELIGIEUSE 

IL FAUT METTRE FIN À L’IMAGE STÉRÉOTYPÉE DES MUSULMANES

Dans le cadre du projet de loi 62 sur la neutralité de l’État, le débat sur le voile intégral refait surface. En tant que Québécois-es de culture musulmane, nous soutenons pleinement l’initiative de légiférer sur le sujet.

L’obligation du visage découvert au sein des institutions de l’État découle du bon sens, et ne peut en aucun cas représenter une discrimination à l’égard des femmes musulmanes. Le voile intégral relève de versions sectaires de l’islam et Mahomet lui-même l’avait interdit pour le pèlerinage à La Mecque. C’est un vêtement dégradant qui porte atteinte à la dignité des femmes.

Mais bien plus que de l’interdire, il faudrait surtout contrer l’idéologie qui le sous-tend, ce qui ne semble pas dans l’agenda du ministère de l’Éducation.

Tout au contraire. Alors que les modalités de son interdiction sont discutées à l’Assemblée nationale, le ministre Proulx ne semble pas, quant à lui, se préoccuper de sa banalisation à travers les manuels et les documents du cours d’éthique et culture religieuse (ECR).

À plusieurs reprises nous avons signalé au ministre les stéréotypes de la femme et de la petite fille musulmanes présentées presque exclusivement portant le hijab, voire le voile intégral.

Dans une lettre ouverte qui a fait l’objet d’un article paru en mars dernier dans Le Soleil**, nous dénoncions un document ECR reçu par un enfant de 5e année primaire, dont la première page représentait une petite musulmane enturbannée de la tête aux pieds, portant un voile intégral ne laissant apparaître que les yeux. Est-ce l’image qu’on entend transmettre de la petite musulmane ?

À la suite de notre lettre, nous avons reçu une réponse laconique du Ministère selon laquelle le programme « favorise le vivre ensemble et la reconnaissance de l’autre ». Il n’est question, dans cette lettre, d’aucun projet de révision, ni du programme ni des manuels scolaires. Doit-on conclure que rien ne sera fait pour corriger l’image intégriste de l’islam transmise à travers le cours d’ECR ?

UN ENGAGEMENT DU MINISTRE PROULX

Pourtant, en réponse à l’avis du Conseil du statut de la femme de novembre 2016 affirmant que le programme d’ECR contribuait à véhiculer le sexisme des religions, Sébastien Proulx s’est engagé à revoir le cours. L’un des principaux créateurs du cours, Jacques Pettigrew, a alors été mandaté pour agir à titre d’expert conseil dans ce dossier et « collaborer à la documentation ». Nous nous étonnons que, malgré la documentation très largement disponible, malgré nos témoignages, nos nombreuses publications sur la représentation archétypale de la musulmane, mais également de l’arabe et du musulman dans les manuels du cours d’ECR, aucune action concrète n’ait encore été mise en œuvre pour corriger cette folklorisation des cultures.

Pour en revenir à la réponse du Ministère, le vivre ensemble ne peut être atteint en étiquetant les enfants en fonction d’appartenances religieuses. L’école doit miser sur ce qui rassemble et non pas sur ce qui divise, comme c’est le cas de la religion. Quant à la reconnaissance de l’Autre, elle doit se situer dans les limites des droits de la personne et des valeurs communes partagées par tous, sans verser dans le relativisme culturel.

Reconnaître le niqab comme un vêtement parmi d’autres de l’islam revient à le banaliser et à ignorer l’oppression de la femme qu’il représente.

Les premières victimes de cette normalisation du voile sont les petites filles musulmanes que l’on abandonne aux pressions de l’islam radical. Comment se fait-il que, sous prétexte de respect de la différence, on fasse ainsi table rase des droits des femmes ?

Voir le musulman comme un Autre associé à des pratiques traditionnelles et à une religion archaïque s’apparente à du « racisme systémique » qui nuit à l’intégration des citoyens québécois provenant de pays musulmans, et en tout premier lieu les femmes. La valorisation de la diversité culturelle ne doit pas mener à la normalisation, voire à la promotion de pratiques qui vont à l’encontre des droits de la personne. Dans le cadre de la consultation sur le racisme et la discrimination systémique annoncée par la ministre Weil, il serait important de se pencher sur cette forme de racisme véhiculée par le cours d’éthique et culture religieuse qui favorise le profilage ethnoreligieux.

Nadia El-Mabrouk, professeure, Université de Montréal ; Mohand Abdelli, P.Eng. ; Nora Abdelli, ingénieure chimiste ; Fatima Aboubakr, directrice de garderie ; Nassira Belloula, écrivaine ; Ferid Chikhi, consultant en insertion socioprofessionnelle ; El Houssine Idrissi, concepteur programmeur ; Hassiba Idir, gestionnaire ; Nacer Irid, ingénieur ; Hassan Jamali, professeur retraité et écrivain ; Ali Kaidi, enseignant en philosophie ; Radia Kichou, informaticienne ; Leila Lesbet, enseignante ; Leila Mahiout, consultante en gestion ; Ferroudja Si Hadj Mohand, éducatrice et Khaled Sulaiman, journaliste

 Autre article:

http://plus.lapresse.ca/screens/39a6d1b1-225c-4ac6-8a99-211a08140950__7C___0.html?utm_medium=Facebook&utm_campaign=Microsite+Share&utm_content=Screen

Une réflexion au sujet de « Le voile et la loi 62: débat »

  1. « favoriser le vivre ensemble »: dommage, pas capable avec le voile intégral….ne pas banaliser ce symbole d’asservissement de la femme et de brisure relationnelle…bienvenue chez nous…dans le respect pour vous aussi de nos valeurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *