Les personnes âgées et le permis de conduire: attention à l’âgisme

État de situation – juillet 2017

Suite à un accident d’automobile qui a occasionné la mort d’un jeune homme suite à l’erreur d’un conducteur âgé de 90 ans qui avait pris en sens contraire l’entrée d’une autoroute, une coroner demandait à ce qu’on resserre la vérification des permis de conduire des personnes âgées à partir de 75 ans. Ce qui dans les faits se réalise au Québec par un contrôle de l’SAAQ. Chaque personne de 75 ans et plus doit subir un examen de santé par un médecin et un examen de la vue par un optométriste.

Développement

Cette situation malheureuse il faut en convenir, peut être l,occasion « d’âgisme » qui est une discrimination fondée sur l’âge, en particulier à l’encontre de toute personne âgée. Les faits parlent par eux-mêmes, les personnes âgées ne sont pas celles qui causent le plus d’accidents d’automobile, au contraire. Voici quelques statistiques pour le Québec:

  • les personnes âgées de 75+ représentent 6% de l’ensemble des personnes qui détiennent un permis de conduire et sont la causent de seulement 4% des accidents avec dommage corporel.

  • les jeunes de 16-24 ans représentent 10% de l’ensemble des personnes qui détiennent un permis de conduire et sont la causent de 20 à 22% des accidents avec dommage corporel.

  • Pour 1000 titulaires de permis, les personnes âgées de 74+ sont la cause de 22 accidents, alors que les personnes de 16-24 ans sont la cause de 43 accidents soit presque deux fois plus.

Le réel problème selon certains analystes concernant la conduite des personnes âgées, n’est pas l’âge comme facteur de cause, mais les éléments suivants: la santé, le fait de moins pratiquer la conduite, sur de plus courtes distances et moins fréquente. 

Chez les plus jeunes, les principaux facteurs de risque sont le manque d’expérience de conduite (ils sont en apprentissage), la vitesse et le risque, la conduite en état de boisson ou de drogue (cette partie est de moi).

En conclusion, soyons prudents à ne pas céder à l’âgisme, pratiquons la prévention tant auprès des jeunes que des personnes âgées. Auprès des jeunes qui nous sont proches assurons-nous qu’ils conduisent avec prudence et toujours sans effet de l’alcool (évidemment, il faut prêcher par l’exemple de notre propre conduite). Auprès de des personnes âgées qui nous sont proches assurons-nous que leur santé est adéquate (attention, concentration, réflexes, etc.) et qu’ils utilisent régulièrement leur automobile (maintenir la pratique et les habiletés).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *