Psychoéducation et fondements: Réflexion (2)

État de situation

Depuis  quelques  décennies la psychoéducation comme discipline et comme profession a énormément changé. Pour moi ces changements créent un « conflit sociocognitif » comme diraient les socioconstructivistes. La question que je me pose est: c’est quoi qui essentiellement caractérise l’intervention psychoéducative? Il me semble que, peut importe qu’on soit en 1970 ou en 2016, il y a un ou des fondements « incontournables » Bien entendu la réalité, le contexte de l’intervention psychoéducative, en 2016 n’est pas le même qu,en 1970. Pour caricaturer je dirais: qu’on soit en 1970 ou en 2016, en général, un médecin ou une infirmière soigne des patients,  un enseignant enseigne ou soutient l’apprentisssage de ses élèves et le psychoéducateur et la psychoéducatrice…?

Ma vision de quelques  fondements de l’intervention psychoéducative

Mon but ici n’est pas d’énumérer les opérations professionnelles reconnues que bien d’autres auteurs ont détaillé, mais plutôt d’identifier ce que je considère comme quelques fondements de l’intervention psychoéducative.

  1. contribuer directement ou indirectement (par l’intermédiaire d’un autre intervenant) à la résolution d’un problème d’adaptation chez une ou des personnes en difficulté. Autrement dit, la finalité de la pratique psychoéducative est d’aider une ou des personnes en difficulté.
  2. pour y arriver, il faut bien comprendre le ou les problèmes que rencontre la clientèle et comprendre son environnement. Dès le début, la psychoéducation à compris que les difficultés d’adaptation d’une clientèle avait pour origine ou pour cause; l’individu même (son histoire, son développement, etc.) et son interaction avec l’environnement. Ceci explique l’importance des concepts du PAD et du PEX, ainsi que notre sensibilité à l’approche écosystémique.
  3. aider la personne en difficulté signifie de se préoccuper de développer en cours d’intervention une relation de qualité, de confiance. Coconstruire avec la clientèle cette relation, qui en soit,  pour une clientèle en difficulté d’adaptation, peut-être un défi psychoéducatif important. Cette relation se construit graduellement « dans l’action », dans l’expérience des succès et des échecs.
  4. une préoccupation de l’adaptation, que je traduis par une préoccupation de l’apprentissage qui mène à l’adaptation (voir à ce sujet le chapitre 4. Une conception psychoéducative de l’apprentissage dans Potvin, 2015 Comprendre l’apprentissage pour mieux éduquer. Dans ce sens le psychoéducateur est hautement un psychopédagogue, ou un pédagogue. Évidemment pas au sens ici d’apprentissages académiques, mais d’apprentissage « psychoéducatif » comme: la  relation interpersonnelle – la résolution de problèmes – le coping – le développement d’habiletés sociales – la gestion des émotions – et bien d’autres.
  5. associé au processus d’apprentissage le concept « d’utilisation » est un incontournable. Ceci signifie, aider à donner du sens aux apprentissages; aider à rendre à la conscience de l’aidé ce qui est appris et a pouvoir le généraliser dans diverses situations semblables.

La psychoéducation « actuelle 2016 » se pratique dans plusieurs types de milieux, entre autres: milieu scolaire, Centre jeunesse, Centre de santé et de services sociaux, organismes communautaires, et autres. Elle intervient auprès de multiples clientèles, entre autres, petite enfance, enfance, adolescence, adulte et personne âgée. Elle développe une expertise également variée: troubles de comportement extériorisés ou intériorisés, déficience intellectuelle, TSA, et autres.Elle collabore et partage l,intervention avec les autres professionnels en éducation ou en psychosocial (enseignant, psychologue, travailleur social, éducateur spécialisé, ergothérapeute, etc.).

Comme on l’a vu dans l’article précédent (Réflexion 1) sur le Rôle-conseil, l’intervention peut être directe auprès de la clientèle en difficulté ou indirecte par l’exercice du rôle-conseil (auprès d’un intervenant, d’un parent,  auprès d’une équipe ou même auprès de l,ensemble d’un milieu). Pour moi, que l’intervention soit directe ou indirecte, la préoccupation du psychoéducateur devrait-être en finalité « une clientèle en difficulté ». Soit la clientèle prise en charge par le psychoéducateur ou  soit la clientèle qu’assume l’intervenant accompagné ou l’équipe ou le milieu dans son ensemble. De plus, il me semble que le psychoéducateur dans son rôle (directe ou indirecte) applique, entre autres,  les 5 éléments mentionnés plus haut.

Voici le référentiel de compétences de la profession de psychoéducateur et psychoéducatrice

http://www.ordrepsed.qc.ca/fr/profil-des-competences/~/media/pdf/Psychoeducateur/Rf%20de%20comptences%20Version%20adopte%20par%20le%20CA%20duconseil%2017%20mai%202018.ashx?la=fr

La psychoéducation et les personnes âgées

http://www.ordrepsed.qc.ca/~/media/pdf/Publication/De%CC%81pliant_Personnesagees_2018.ashx?la=fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *