L’affaire Claude Jutra un débat de société (Prise 3)

L’affaire Claude Jutra est devenue un débat de société.
La lettre de Lise Payette dans le Devoir où elle  protège en quelque sorte son ami Claude Jutra, en a déséquilibré et déçu plus d’un. Quant aux propos incroyables de Béland qui laissait entendre qu’il n’y avait pas de crime tant qu’une victime ne se dévoilait pas, il est revenu sur ses propos à Tout le Monde en parle (TLEMP -RC) pour faire des excuses et témoigner qu’il avait fait une erreur. Il avait oublié qu’une victime peut être incapable de dénoncer.

Cette situation de pédophilie de Claude Jutra est classique et correspond à un phénomène connu: l’abuseur, un adulte estimé, connu de la famille ou vénéré par tous qui profite de son statut pour abuser. La victime prise au piège se sent coupable et n’ose pas dévoiler son secret, n’ose pas décevoir.

C’est le scénario qu’on a connu dans l’Église catholique ou des prêtes ou frères abuseurs devenaient « protégés » et déplacés dans une autre paroisse ou une autre ville et recommençais leur « vice caché »

C’est aussi ce qui se passait dans bien des familles ou un ami de la famille ou un oncle à qui l’on faisait confiance profitait de la situation de confiance pour abuser l’un des enfants.

Protéger les agresseurs

Certains propos dans le cas de Claude Jutra sont de nature à vouloir protéger l’agresseur.
On se trompe de cible, ce sont les victimes qu’il faut protéger, pas les agresseurs.
Il semble que c’est bien réel, Jutra a agi en pédophile et contribué à « ruiner » au moins une vie. Celui qu’on nomme Jean. Il y a une autre victime et peut-être plusieurs autres.

Distinguer l’oeuvre de la personne, est-ce possible?

Comment distinguer l’oeuvre cinématographique de Jutra, de la personne, de son nom? Ça c’est difficile, moi j’y arrive difficilement. Son oeuvre reste, c’était un bon cinéaste qui a eu une grande influence sur le cinéma du Québec. Mais, malheureusement son nom est « brûlé ».

Moi je suis porté à admirer à la fois l’oeuvre d’une personne (artiste, politicien, scientiste,auteur) et la personne elle-même. Je suis incapable de vraiment distinguer les deux.

Personnellement je suis bien content que le « peuple québécois » soit indigné par les gestes de Jutra et que la pédophilie soit à un niveau de « Tolérance zéro »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *