Pratique de la pleine conscience

Inspiré de Christophe André (2011). Méditer, jour après jours. 25 leçons pour vivre en pleine conscience. L’iconoclaste.

La pleine conscience. Qu’est-ce que c’est au juste? On peut considérer cela comme une forme de méditation, mais aussi, comme une façon de vivre.

La pleine conscience consiste à intensifier sa présence à l’instant , à s’immobiliser pour s’en imprégner, au lieu de s’en échapper ou de vouloir le modifier par l’acte ou la pensée.(p.18)

Le but de la pleine conscience n’est pas seulement, ou prioritairement, de nous faire du bien ou de nous conduire à la détente, mais simplement d’être conscients de ce qui se passe en nous (p.46)

La pleine conscience, ce n’est pas de la relaxation (où l’on a besoin du silence ou du calme), mais de la méditation (où il s’agit de cultiver un rapport apaisé au monde). (p. 57)

Dans la pleine conscience, nous allons ainsi renoncer à vouloir arrêter ou fuir le flot de nos pensées, et choisir de l’observer. .. Légèrement décalé, on s’observe penser… ON utilise ainsi nos capacités de conscience réflexive, qui consistent à s’observer soi-même. (p.67)

Le travail de la pleine conscience sur les pensées consiste simplement à prendre conscience du bavardage irrépressible de l’esprit! (73)

Vivre, c’est vivre l’instant présent. On ne peut pas vivre dans le passé ni le futur: on ne peut qu’y réfléchir, y spéculer, y ressasser ses regrets, ses espoirs, ses craintes. Pendant ce temps on n’existe pas. Rien ne remplace l’expérience de l’instant présent (p.29)

Parmi les pratiques méditatives, la peine conscience repose notamment sur une expérience respectueuse des sensations corporelles (p.44)

La respiration « est le moyen le p-lus puissant pour se connecter à l’instant présent » (p. 32). Le souffle, c’est l’ancre de la pleine conscience, qui nous aide à nous amarrer à l’instant présent (p.36).

La pleine conscience va l,encontre de notre tendance naturelle à retenir l’agréable et à repousser le désagréable (p.80)

Concernant les émotions: … nous allons travailler sur nos émotions. Non pour les empêcher, mais pour les observer... prendre le temps de ressentir ce qui se passe en nous, se connecter doucement à notre état émotionnel… juste nous rendre présent à ce que nous éprouvons (p. 82)

Elle nous propose de ne rien faire et juste de rester là. À notre poste d’observation, à la vigie de l’introspection. La pratique de la pleine conscience nous aide à décrocher: on n,y recherche rien, il n’y a pas de but. On se donne le temps, on décide, librement, d,aller doucement. on prend le temps de s’asseoir, d’observer, d’éprouver (p.141).

À poursuivre…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *