La mode au changement de terminologie en éducation – Un chat c’est un chat


La mode du changement de terminologie en éducation
Un chat c’est un chat

Selon les époques on change les termes qu’on utilise en éducation, c’est la mode, et ce particulièrement dans le domaine des « élèves en difficulté ». Parfois on change pour des raisons justifiées, pour des changements dans les valeurs véhiculées. Parfois, je crois, qu’on change pour des raisons qui sont peu justifiables.  Voici quelques termes qui ont changé en éducation.

  • L’enseignant n’enseigne plus, il est accompagnateur d’apprentissage,
  • On ne parle pas en éducation de l’attitude de l’enseignant, mais de sa posture,
  • L’élève, n’est plus un élève, c’est un apprenant,
  • L’élève n’est pas en situation de « recevoir » des connaissances, des savoirs, mais construit lui-même ses savoirs en interaction avec les autres,
  • L’école ne transmet plus des connaissances, des savoirs, mais soutient l’élève à construire des compétences,
  • Il n’y a pas « d’élève en difficulté » ou «  d’élève à risque », mais des élèves à besoins particuliers,
  • Il n’y a pas non plus des élèves « handicapés », mais des élèves en situation de handicap,
  • Il n’est pas question de décrochage scolaire, mais bien de persévérance scolaire,
  • On ne parle plus d’intégration scolaire, mais d’inclusion,
  • … et sans doute bien d’autres terminologies que j’oublie.

J’éprouve un certain malaise concernant ces changements ou ces « modes » qui on le sait, se veulent une indication de « changements », de paradigmes différents. Mon malaise n’est pas une peur de la nouveauté, il se situe au niveau du sens et des conséquences.

Est-ce qu’il se pourrait que parfois on change de terme pour éviter d’identifier le « problème »? Ou parce qu’on ne veut pas faire ressortir une réalité en changeant la terminologie

  • Le décrochage scolaire est un « problème » – scolaire, familial et social. Persévérer est autre chose, c’est l’un des moyens, certes pas le seul.
  • Élève en difficulté, à risque, représente un problème. Une difficulté, un risque d’échec c’est une réalité. Besoins particuliers, c’est au niveau des moyens.
  • L’élève handicapé a un handicap, c’est une réalité.

Réflexion à suivre…

Parfois il faut appeler un chat, un chat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *